top of page

Lâcher Prise : entre mythe et réalité...

Dernière mise à jour : 29 août 2022

Savoir lâcher prise serait le remède à tous nos maux... A tort ou à raison ? C'est en tout cas l'une des injonctions à la mode en développement personnel et spiritualité. Mais ça reste un concept flou, mystérieux, souvent mal compris et mal utilisé. Voici un retour d'expérience personnelle sur le lâcher prise, ce n’est pas une vérité absolue juste le partage d'une expérience toujours en cours.



Qu'est-ce-que le lâcher prise ? En psychologie, le lâcher prise est un moyen de libération consistant à se détacher du désir de maîtrise.

Avec mes mots à moi, lâcher prise c'est lâcher le contrôle. C’est accepté d'essayer de ne plus contrôler sa vie, ou plutôt d'essayer de moins la contrôler en mettant moins d'attentes, limites, objectifs ou résultats.


Jusqu'il y a quelques années je n'avais pas conscience d'être une "contrôlante"... C'est au fur et à mesure de mon travail de connaissance de moi, mon chemin vers moi, que j'ai mis en lumière diverses formes de contrôle, certaines étaient à la base totalement inconscientes, d'autres j'en avais partiellement conscience. Toutes étaient des modes de fonctionnement, des moyens de protection mis en place le plus souvent dès l'enfance.

Ayant souffert de troubles légers du comportements alimentaires, pour les endiguer j'ai mis en place un contrôle assez strict sur la nourriture. Si ce contrôle m'a d'abord permis de perdre mon surpoids, il est ensuite resté comme partie intégrante de ma vie sans que je m'en rende compte. Les aliments étaient classés chez moi en "bons" ou "mauvais". Et comme tout,"le problème"n'est pas le contrôle en lui-même, c’est l’excès de contrôle ou le manque de conscience sur ces mécanismes. Tous contrôlants ?

Oui... à des échelles différentes et sans tombés dans la caricature extrême du "control freak", le contrôle se manifeste chez chacun d'entre nous. Il prend en revanche des formes différentes, il a des degrés d'intensité variables, et il s'exerce soit sur soi ou sur les autres, dans un domaine de vie ou dans tous. Voici quelques exemples de manifestation du contrôle : . Planifier ses journées, ses repas de la semaine à l'avance . Contrôler sa nourriture, son poids . La jalousie : nous sommes jaloux car nous voulons contrôler l’autre, savoir où il est, ce qu’il fait, avec qui.... Consciemment ou inconsciemment . Avoir un plan de carrière strict prévu sur 10 ans : diplômé à 25 ans, cadre sup à 30, directeur à 35... . L’exclusivité dans un couple est une forme de contrôle que l’on s’impose à soi et à l’autre, pour se rassurer. Car, il y a toujours un besoin caché derrière nos mécanismes de contrôle, conscients ou inconscients : Que ce soit un besoin de perfectionnisme, qui vient notamment d'une peur de l'échec, peur du jugement ou de décevoir les autres Ou des besoins d'assurance, de sécurité souvent dictés par nos peurs du rejet, de la trahision ou l'abandon Un mécanisme de contrôle est une réaction de défense qui nous pousse à agir sur certaines choses ou situations pour éviter de les subir. Mais dans la vie rien ne se passe vraiment comme on le prévoit... c'est pourquoi nos mécanismes de contrôle sur soi ou sur les autres peuvent à la longue nous paralyser. C'est là que le lâcher prise intervient.

Comment arriver à lâcher prise ? 1) Déjà on n’apprend pas à lâcher prise mais on l’expérimente C’est une notion abstraite... le lâcher prise ne s’apprend pas, ça se vit, ça s’expérimente. Car plus on veut lâcher prise sur une problématique, moins on y arrive, car vouloir lâcher prise à tout prix est une forme de contrôle. Nous cherchons à prendre la main, à contrôler le résultat (ici se détacher de la problématique, ne plus y penser,…) Souvent on va croire avoir lâché prise, alors que pas du tout... Car quand on a vraiment lâché prise on ne s’en rend pas compte... la prise de conscience arrive plus tard et c’est là qu’on peaufine cette expérimentation du lâcher prise. 2) Sans pression, sans culpabilité Cette expérience du lâcher prise doit se faire sans pression et sans culpabilité de ne pas y arriver... Dans le lâcher prise, il n’y a pas de garantie de résultat. Lâcher prise c’est enlever l’obligation de résultat... c’est accepter de faire différemment, de tenter une expérience sans attente d’un résultat. On ne peut pas prévoir à l’avance si cela va fonctionner ou pas. Et si lâcher prise c'était en fait se lâcher la grappe ? Ceci reste ma vision du lâcher prise, celle que j’ai commencé à expérimenter partiellement. Je n’ai jamais réussi à l’expérimenter jusqu’à cette non-obligation de résultat... ça m’est arrivé de façon brève, puis mes peurs ou mon mode de protection reprenaient le dessus et remettaient du contrôle. C’est là que je me suis dit que le lâcher prise n’était pas le remède mais juste un état d’esprit à expérimenter au quotidien... En commençant par être plus indulgent avec soi, se lâcher la grappe est une voie vers le lâcher prise. Car nos peurs, nos blessures, nos conditionnements vont, elles, essayer de reprendre le contrôle. Dans le lâcher prise y a une forme de vide... de néant... d’inconnu... En faisant différemment je ne sais pas ce qui va se passer... je n’ai aucune garantie de résultat. Même si tout le monde dit qu’en lâchant prise ça ira mieux, tant que je n’ai pas essayé, expérimenté je ne saurais pas vraiment ! Et je peux l’expérimenter dans une situation et ça fonctionnera, je me sentirai mieux... et dans une autre ça ne suffira pas, alors là je me dirais que non ça ne marche pas (car je n’ai pas obtenu ce que je voulais ou pas suffisamment). Là encore l’important n’est pas le résultat... Pour lâcher prise, il faut lâcher les attentes derrière lui... Car on n'a pas de garantie sur ce qu'il va nous apporter. Souvent on accepte de lâcher prise avec au fond de nous un espoir non exprimé. Par exemple, on peut lâcher prise sur une relation amoureuse non satisfaisante tout en espérant que cela mène à une réconciliation... Mais peut-être que le lâcher prise amènera à autre chose, une autre rencontre, une belle amitié, ou à une paix intérieure.

Marc-Aurèle : "Que la force me soit donnée de supporter ce qui ne peut être changé et le courage de changer ce qui peut l'être mais aussi la sagesse de distinguer l'un de l'autre."

Lâcher prise c’est accepter de ne rien attendre... c’est vivre le moment présent sans essayer de contrôler le flow de la vie.

26 vues0 commentaire

Commentaires


bottom of page